Vous êtes ici : Accueil Spécialités Chirurgie de l’obésité

Chirurgie de l’obésité

obésitéSelon l’OMS surpoids et obésité sont définis comme « une accumulation anormale et excessive de graisse qui présente un risque pour la santé ».

La chirurgie bariatrique est aujourd’hui le seul moyen pour les patients obèses d’obtenir une perte pondérale rapide et durable. Elle ne s’envisage qu’au sein d’une équipe pluridisciplinaire spécialisée et expérimentée .

Elle reste néanmoins  une mesure exceptionnelle qui  ne s’envisage qu’après échec d’une prise en charge médicale préalable.

Comment mesurer la masse corporelle ?

L’obésité se mesure chez l’adulte par l’indice de masse corporelle ou IMC : POIDS (Kg)/Taille (m2).

Elle s’envisage si :
>>> IMC supérieur ou égal à 40 Kg/m2 ,ou supérieur à 35 Kg/m2 si pathologies médicales associées améliorables par la perte de poids (hypertension artérielle,diabète non insulino-dépendant,apnée du sommeil ….)
>>> Echec de prise en charge médicale

Des chiffres qui illustrent…

-15 % de la population est en forte surcharge pondérale.
-Plus de 42 000 personnes obèses ont subi une chirurgie bariatrique en 2013.
C’est trois fois plus qu’en 2009.
-Les dernières données publiées par la Haute Autorité de Santé (HAS), montrent que 40 % des patients ne suivent pas l’intégralité du parcours préopératoire.
-Les consultations psychologiques préalables sont omises dans 9 % des cas. L’évaluation psychologique préalable est trop peu systématique. Un quart des établissements la réalise dans moins de 88 % des cas.

La prise en charge au sein de la Clinique Jules Verne

La Clinique Jules Verne assure depuis de nombreuses années la prise en charge chirurgicale de l’obésité.

Depuis 2014 elle bénéficie de la labellisation SOFFCO qui détermine les centres d’excellence dans la prise en charge de l’obésité.

Elle fait partie du CSO Ouest-Atlantique (Centre specialisé de l’Obésité) qui regroupe :
-La Clinique Jules Verne
-La Clinique de l’Estuaire à Saint-Nazaire
-Le CHU de Nantes
-Le SSR Le Bois Rignoux (Vigneux de Bretagne) et La Tourmaline (Saint-Herblain)

L’équipe médicale

La Clinique Jules Verne dispose d’une équipe pluridisciplinaire assurant une prise en charge optimale de la personne obèse.

L’équipe médicale et para-médicale assure la continuité des soins et l’accompagnement des patients 24h/24 et 7j/7. Elle possède les compétences nécessaires à la prise en charge du patient obèse.

Chirurgiens :

  • Docteur Francis GENIER
  • Docteur  Laurent POTIRON

 

Anesthésiste :

 

Psychologue :

  • Sandra LONCLE, psychologue clinicienne / spécialisée dans la psychopathologie des troubles de la conduite alimentaire

 

Diététicienne :

 

Infirmière :

Une infirmière référente obésité dans l’unité d’hospitalisation.

 

Chirurgie de l’obésité

Liste des praticiens

Le parcours patient

Le parcours pré-opératoire

La chirurgie de l’obésité intervient au terme d’un parcours qui a pour but de faire le point sur vos habitudes alimentaires et votre état de santé.

>> Les réunions d’information collectives : le parcours commence par une réunion d’information destinée à toutes les personnes qui souhaitent entamer des démarches ou simplement demandeuses de renseignements. C’est un moment d’échange avec les professionnels qui vous informeront sur  les types de chirurgie, leurs risques et les étapes du parcours pré-opératoire.

Cette réunion est organisée une fois tous les deux mois sur le site de la Clinique Jules Verne. Elle est gratuite et ouverte à tous.

 

>> La consultation avec votre chirurgien : elle permettra de faire le point sur votre dossier médical et de discuter avec vous de l’intervention la plus adaptée à votre cas.

Vous serez alors dirigé vers un médecin endocrinologue ou nutritionniste ainsi qu’un psychologue .

Lors de votre première consultation chirurgicale, plusieurs documents vous seront remis :

  • un livret sur les techniques opératoires édités par la Haute Autorité de Santé (HAS)
  • un résumé des différentes étapes de votre parcours
  • les coordonnées des différents praticiens avec qui nous travaillons régulièrement
  • les ordonnances de votre bilan de santé pré-opératoire

 

>> Les consultations psychologiques :

« (…) La phase préopératoire, notamment, est cruciale. (…) L’information sur le suivi post-opératoire, la nécessité de modifier son comportement alimentaire et son mode de vie avant et après l’intervention sont les éléments manquants principaux dans l’information donnée au patient », tranche la HAS. Un constat déplorable quand on sait que ce sont les éléments déterminants de la réussite. (..) » in, Chirurgie bariatrique : 4 patients sur dix négligent le parcours préopératoire, par Audrey Vaugrente.

Dans le parcours préopératoire, en individuel, le psychologue est chargé de :
-Définir les causes de l’obésité à travers l’Histoire du malade
-Evaluer les connaissances du malade et sa motivation à modifier son mode de vie sur le long terme.
-Repérer les contre-indications psychiatriques et psychologiques à la chirurgie.
-Mettre en Place le suivi psychothérapeutique si présence de contre-indications psychologiques préopératoires afin de vaincre les difficultés rencontrées et d’améliorer l’état de santé psychique.
-Informer le malade (à sa demande, avec ses proches) sur le suivi pluridisciplinaire « à vie » selon la HAS : après l’opération de nombreuses modifications vont avoir lieu : perte de poids, transformation de l’image du corps, changement dans la vie de couple, libido, fatigue, rapport à l’estime de soi, « reconnexion » à la vie sociale…Il est à votre disposition pour en parler.

Dans le parcours préopératoire, en groupe, en présence du chirurgien, le psychologue est chargé de :
-Informer, échanger avec les personnes qui souhaitent réfléchir sur l’intervention bariatrique, le suivi pluridisciplinaire pré et post-opératoire qu’elles soient décidées ou non à débuter le parcours préopératoire.

 

 >> Le parcours diététique :

Consultation dietetiqueVous bénéficierez d’une prise en charge diététique pré-opératoire au cours de deux consultations individuelles et deux consultations collectives.

Les objectifs pré-opératoires sont d’obtenir le meilleur état nutritionnel possible en vue de l’intervention et de vous aider à mettre en place de nouvelles habitudes alimentaires nécessaires à la réussite de l’intervention (qualité de vie, perte de poids, stabilité pondérale ).

Durant l’hospitalisation, une à deux consultations diététiques seront réalisées durant lesquelles les principes de réalimentation et les conseils alimentaires post-opératoires seront revus.

 

>> Le bilan d’opérabilité pré-opératoire : il est destiné à faire le point sur les différentes grandes fonctions de votre organisme et comprend :

  • Examen pneumologique avec recherche d’apnée du sommeil
  • Examen cardiologique
  • Examen gastro-enterologique

 

>> Les RCP (Réunion de Concertation Pluridisciplinaire) :à l’issue de votre parcours, chaque dossier est discuté au cours d’une réunion de concertation pluri-disciplinaire  (RCP) ou se rencontrent l’ensemble des acteurs de la prise en charge de l’obésité (chirurgiens, endocrinologues, nutritionnistes, psychiatres et diététiciens).

Ce n’est qu’au terme d’une réflexion commune entre ces différents interlocuteurs et conformément aux recommandations de l’HAS (Haute Autorité de Santé) qu’une décision opératoire est validée.

 

L’ensemble de cette prise en charge s’étale sur une période de 6 mois minimum, durée variable en fonction des patients.

Les techniques

Ces interventions ne s’envisagent qu’après un bilan complet : évaluation psychiatrique et nutritionnelle, pneumologique cardiologique et gastro-entérologique.

L’équipe pluridisciplinaire vous proposera l’intervention la plus adaptée à votre situation, en fonction de votre profil, de vos besoins et de vos facteurs de risque.

 

On distingue deux grands types d’intervention :

  • Les techniques restrictives pures : anneau gastrique ajustable et sleeve Gastrectomy
  • Les techniques mixtes, restrictives et malabsorptives : Gastric Bypass Duodénal Switch, Mini Bypass.

 

Les risques de la chirurgie :

  • La perte de poids rapide n’est pas sans effets secondaires, immédiat ou à distance.
  • Les complications survenant durant ou immédiatement après la chirurgie  : infections, hémorragie, phlébite et embolie pulmonaire.

 

Les complications survenant à distance de la chirurgie :

  • Problèmes avec un anneau gastrique : glissement de l’anneau, problème de boitier, qui peuvent nécessiter dans certains cas son retrait.
  • Les calculs de la vésicule biliaire : ils se forment dans l’année qui suit la chirurgie. Dans la plupart des cas ils ne sont pas symptomatiques. Parfois ils peuvent être responsables de douleurs brutales, de jaunisse et peuvent nécessiter une intervention chirurgicale.
  • L’excès de peau : il apparaît 12 à 18 mois suivant la chirurgie. Parfois très disgracieux il se localise majoritairement au niveau du ventre, des bras, des cuisses. Une intervention peut parfois être nécessaire afin de retirer cet excès de peau .
  • Les effets psychologiques : dans la majorité des cas, la perte de poids après chirurgie s’accompagne d’une amélioration de la qualité de vie. Certains patients rapportent des soucis dans leur vie conjugale : nervosité du partenaire voire jalousie, apparaissant au fur et à mesure de la perte pondérale. Les troubles de l’humeur peuvent réapparaitre notamment durant la phase de stabilisation pondérale. Les associations de patients opérés peuvent dans ces cas apporter des renseignements et une aide précieuse. Le suivi psychologique post-opératoire est donc indispensable afin de vous accompagner dans votre démarche et de dépister ces difficultés.

 

Immédiatement après l’opération :

Les techniques anesthésiques que nous utilisons sont parmi les plus innovantes et nous permettent un réveil rapide avec peu d’effets secondaires. Nous n’utilisons pas de sonde naso-gastrique ou de sonde urinaire.

Le soir même vous serez levé voire réalimenté en fonction des cas. Une nuit en Unité de surveillance continue pourra être nécessaire dans certains cas particuliers ( apnée du sommeil , antécédents cardio-vasculaire…).

La plupart des patients quitteront la clinique entre 2 et 4 jours après l’intervention.

La vie après la chirurgie

1) les règles nutritionnelles

L’ensemble des conseils diététiques que vous aurez acquis durant la phase pré-opératoire vous seront dès lors d’une grande utilité . Les règles nutritionnelles et ditététiques peuvent varier d’un centre à l’autre mais globalement elles sont identiques à celles qui suivent et sont conformes aux recommandations officielles de l’assistance Publique Hopitaux de Paris ( APHP).

Durant les 2 premières semaines votre alimentation sera principalement de texture mixée. Puis la texture et le choix des aliments évolueront progressivement vers une alimentation équilibrée, variée, fractionnée sans oublier la notion de plaisir gustatif.

Les précautions à respecter impérativement : éviter toute alimentation riche en sucre tel que le chocolat, les biscuits et sucreries. Ceci concerne principalement le bypass. Les effets secondaires d’une telle alimentation riche en sucre sont connus sous le nom de dumping syndrome.

Les symptômes associent : nausées, douleurs abdominales, diarrhée, sueurs, pâleurs.

Les compléments vitaminiques et minéraux : indispensables, à vie.

Ces compléments sont à prendre tous les jours et peuvent comprendre : un complément multi-vitaminé, du calcium et du fer. Ils vous seront prescrit par votre endocrinologue ou par votre chirurgien mais ne sont pas remboursés par la sécurité sociale.

 

2) L’exercice physique

exercices physiquesLa perte de poids et son maintien résultent d’un subtil mariage entre diminution de l’apport et augmentation de la dépense calorique.

L’exercice physique, outre  l’augmentation de la dépense calorique permet une diminution du risque cardio-vasculaire, une amélioration du bien-être et de l’estime de soi.

Cette activité physique régulière pour être efficace doit être incorporée dans votre vie quotidienne. Il peut s’agir de marche rapide, vélo, natation ou tout autre programme d’activité physique avec un coach par exemple.

Choisissez une activité que vous aimez pour la pratiquer régulièrement et avec plaisir.

 

 

 

3) le suivi psychologique

Les techniques actuelles nécessitent un suivi à vie, lié aux modifications du système digestif. Mais, selon les chiffres de l’Assurance Maladie, les consultations postopératoires passent de 90 % la première année à 12 % dès la 5ème année.

Dans le Suivi post-opératoire :

« (…) Le pourcentage d’échec est élevé parce que la diététique dérape, tout comme la prise en charge psychologique (…) l’opération peut fragiliser l’esprit du malade. » in, Chirurgie bariatrique : un patient sur dix suivi à long terme, par Audrey Vaugrente.

En individuel (Projet de création de groupes post-opératoires à venir).
Le suivi psychologique postopératoire :
-1 ère année : 4 fois/an
-2 ème année : 2 fois/an
-Dès la 3 ème année : 1 fois/an
But :
-Accompagner le patient en s’assurant de sa stabilité psychique, après la perte de poids massive, dans l’intégration de sa nouvelle image.
-Mettre en place un suivi psychothérapeutique si présence de troubles du comportement alimentaire, après l’opération afin d’aider le patient à pérenniser sa perte de poids sur le long terme.
-Soutenir, à la demande du patient, ses proches, des répercussions psychologiques après l’opération.

 

3) Le suivi

Le suivi pluri-disciplinaire pré et post-opératoire est un gage de réussite à long terme de votre intervention.

Conseils de suivi post-opératoire :

  • Chirurgical : Suivi à 1 mois, 6 mois, 1 an puis annuel
  • Nutritionniste / Endocrinologue : 1 mois, 3 mois, 6 mois, 12 mois post-opératoire puis bi-annuel.