Vous êtes ici : Accueil Nouveauté Du nouveau pour la chirurgie du canal carpien

Du nouveau pour la chirurgie du canal carpien

Le canal carpien correspond à une souffrance du nerf médian au poignet par augmentation de pression dans le canal carpien. Au sein du Centre de la main de la Clinique Jules Verne, le patient est pris en charge par le Docteur de Keating-Hart, spécialisé dans la chirurgie de la main. Il effectue un examen clinique en évaluant la gravité de l’atteinte du nerf et pose un diagnostic.
A sa phase débutante, le patient ressent des fourmillements dans les 3 premiers doigts et la moitié du quatrième doigt de la main. Les douleurs peuvent remonter vers le coude et l’épaule. Pour être soulagé, le patient a besoin de secouer la main.
Si la compression du nerf est plus sévère, il peut exister une fonte musculaire de la main ce qui implique pour le patient une perte de force avec des lâchers d’objet.

Quels sont les examens à effectuer ?
Réalisé par un neurologue, l’électromyogramme est l’examen habituellement demandé pour confirmer le diagnostic et évaluer le degré de gravité de la compression du nerf. Cet examen doit idéalement dater de moins de 6 mois.

Quel est le traitement à envisager ?
Dans les formes débutantes de canal carpien, une infiltration échoguidée du nerf médian au canal carpien peut être réalisée et peut permet de soulager les douleurs.
On peut associer à cette infiltration une attelle de poignet légère à porter la nuit.
Dans les formes plus sévères ou résistantes à l’infiltration, une chirurgie du canal carpien en percutanée* et guidée par échographie peut être envisagée.

* gestes opératoires effectués par des mini-incisions et sous contrôle échographique durant l’opération

En quoi consiste cette intervention ?
Au sein du Centre de la main Jules Verne, l’opération de libération du canal carpien se déroule sous anesthésie locale, sans garrot (WALANT) au niveau de la main et sous échographie.
La chirurgie se déroule en ambulatoire, sur un siège confortable. Le patient sort de la clinique une heure après l’opération.
Seule la base de la main est endormie ce qui permet d’éviter une anesthésie complète de la main ou du bras. Le patient peut immédiatement bouger les doigts après l’opération. Il n’y a pas d’immobilisation de la main et du poignet.
L’utilisation de l’échographie permet de sécuriser le geste opératoire car la section du ligament pour libérer le nerf se fait sous contrôle dynamique et en temps réel. L’échographie permet également de diminuer la taille de la cicatrice et donc de diminuer les douleurs après l‘opération.

 

 

 

Quelles sont les suites opératoires ?
Un pansement simple et confortable est appliqué sur le poignet et sera conservé pendant environ 3 jours. La main peut être utilisée immédiatement après l’intervention pour tous les gestes légers de la vie quotidienne sans gestes de force pendant un mois.